Lepori_Comme_un_chien_couverture_webEn librairie le 1er mai 2015:
Comme un chien

Editions d’en bas (Lausanne)

« Il ne voulait, ne pouvait pas penser à ce mois de juillet 95. Le visage d’Alex flottait devant lui comme un orage. Comment ces yeux qu’il aimait tant pouvaient-ils lui adresser de tels reproches, le dévisager avec tant d’amertume ? Comment son souvenir avait-il pu moisir à ce point ? Ses traits déformés prenaient l’apparence d’un masque. Tous ces morts, cette hécatombe, tout ce sang. Son impuissance. »

Thomas – un photographe de renom – doit se rendre au chevet de sa sœur malade, dans les Préalpes suisses. À mesure qu’un hiver boueux l’engloutit, les fantômes du passé prennent le dessus : ceux d’un père génial et austère, d’une vie sentimentale paradoxale et d’un ami trop tôt disparu, écrasé par la fureur du monde. Seule l’amitié d’un jeune homme surdoué, prénommé Mork, semble lui redonner le goût de vivre. Mais est-il vraiment possible d’échapper au poids des années ?

imageIn libreria a maggio 2015:
Come cani
Edizioni Effigie (Milano)

A quel luglio ‘95 non voleva pensare, ma il volto di Alex lo guardava, gli girava intorno come un temporale. Come poteva un viso tanto amato trasformarsi in un ricordo tumefatto, inglorioso, crudele. E tutti quei morti, tutto quel sangue, l’impotenza e l’orrore.”

 

Perché Thomas ha rimosso una parte del suo passato? Un’infanzia solitaria nel ventre di Napoli, un padre altero e geniale, una “mamma pazza”. E poi la giovinezza, spesa all’ombra dei grandi conflitti di fine Novecento, come fotografo di guerra. Tra Berlino, Barcellona e Milano, dove è diventato un artista di successo, ha costruito un tessuto di instabili affetti che non sembra più preservarloQuando si trova al capezzale della sorella, in una valle sperduta delle Prealpi svizzere, la vita sembra farsi sempre più minacciosa. Eppure l’incontro con un ragazzo strambo, soprannominato Mork, con un medico di campagna e con una giovane insegnante di disegno sembra aprirgli l’orizzonte di un’alleanza. Ma è davvero possibile sfuggire al peso degli anni?

2014

wolfsonLouis Wolfson. Cronache da un pianeta infernale , a cura di Pietro Barbetta e Enrico Valtellina, Roma, La Talpa / Manifestolibri, 2014.
Gli autori: Pietro Barbetta, Giacomo Conserva, Tobie Nathan, Lucia Amara, Jean Marie G. Le Clézio, Pierre Lepori, Enrico Valtellina, Duccio Fabbri, Pierre Alféri, Alfredo Riponi, Marco Dotti, Alain Rey, Sylvère Lotringer.
Cosa significa delirio, in letteratura e nella vita quotidiana. È un caso letterario e un caso di schizofrenia: una scissione culturale, a Parigi uno scrittore, a New York uno schizofrenico. Questo volume contiene i contributi di studiosi che praticano i testi di Wolfson da differenti punti di vista: letterario, cinematografico, antropologico, filosofico e clinico.

couv_lonati_web

Poète de la raréfaction, Leopoldo Lonati, né au Tessin en 1960, exprime l’émotion dans une fulgurance où la langueest condensée au plus haut point. Dans son recueil Le paroleque so / Les mots que je sais (Leggere 2005; Ed. d’en bas 2014), récemment traduit en français par les poètes et traducteurs Mathilde Vischer et Pierre Lepori, les envolées lyriques et presque mystiques sont contrebalancées par des chutes ironiques.
Le tissage digne et rusé d’une araignée
D’une bobine d’une turbine d’un bistouri électrique
Tout droit glissé dans le tourbillon
Dans le puits
Dans le fruit

2013

Lepori, Strade bianche 300Strade bianche, Novara, Interlinea (« Lyra » 51),  2013. « L’inizio sicuro di un poeta nuovo» aveva definito Maurizio Cucchi il libro d’esordio dello svizzero Pierre Lepori, che riserva alla poesia la sua voce più lancinante. In questo libro sfilano i volti dei passanti, le emozioni di una performance coreografica, lo choc provato nell’incontro con l’architettura dello Jüdisches Museum di Berlino. In una lingua alta, percorsa da clangori e franamenti, Strade bianche tesse una fragile ma implacabile litania dei giorni, con un’attenzione spasmodica al linguaggio del corpo e alla poetica dei “tempi deboli” del cineasta francese Raymond Depardon. (Quarta di copertina)

 

«(…) Réflexion sobre et juste sur la culpabilité et le pardon, la différence et son acceptation, Sans peauparu en 2007, a été adapté en français par son auteur :  » Le corps de la langue s’hybride; il devient trans- et inter-genre.  » Rien d’étonnant puisque Lepori est le fondateur du queer Hétérographe». Philippe-Jean Catinchi, «Le Monde des livres », 21 juin 2013
« Le feu libère l’écriture. Le feu est donné comme l’élément naturel du langage distribuant deux instances de parole de part et d’autre d’une cloison, d’un mur de prison et d’une incompréhension mutuelle. Le feu initie deux métamorphoses parallèles. » Philippe Rahmy, Remue.net, 11 août 2013

Aller à la Revue de presse (2013)

Laisser un commentaire